CLINIQUE DU PARC : 26 rue Paul-Louis Courier 24009 PERIGUEUX CEDEX 05 53 02 16 16 05 53 53 24 03 contact@cliniqueduparc.fr

Dr. Thierry des BEAUVAIS

Ancien interne des hôpitaux de Paris  / Ancien assistant des hôpitaux

D.U. de chirurgie réfractive et cataracte D.I.U de contactologie et biomatériaux D.U. de réparation juridique du dommage corporel Expert près cours d’ appel de Bordeaux membre de la société française d’ophtalmologie membre de la société des experts du centre-ouest

Dr. Jean Jacques FRANCERIE

Dr. Virginie FRANCERIE

Dr. Isabelle FRESNO

Dr. Michel MOZE

La chirurgie de la cataracte


Le cristallin est une lentille responsable de la netteté et de la mise au point de la vision. Cette lentille, transparente chez le jeune s’opacifie progressivement avec l’âge.

Sa baisse d’efficacité commence à la quarantaine avec la presbytie et se poursuit progressivement avec l’apparition de zones opaques au sein de cette lentille. Elle correspond au zoom d’un appareil photo  qui perdrait sa capacité à faire la mise au point et dont la lentille deviendrait opaque avec le temps.

Cette opacification évolue lentement, après 55 ans et entraîne une baisse progressive de la vision. Ce processus est inéluctable. Il est lié à l’accumulation de facteurs oxydants. Il touche les deux yeux de manière à peu près symétrique. Les différences de densité au sein de cette lentille entraînent des phénomènes d’éblouissements et de défocalisation de la lumière. Il est le plus souvent lié à l’âge mais peut être aggravé par un traumatisme oculaire ou différentes maladies oculaires, le diabète, certains médicaments .

Il existe des cas apparaissant dans l’enfance .

La vitesse d’évolution est imprévisible.

Cette pathologie est très fréquente. Elle touche plus de 1 personne sur 5 à partir de 65 ans et près de 2 personnes sur 3 à partir de 85 ans. Son augmentation est constante dans tous les pays du monde ainsi que l’âge moyen d’apparition diminue depuis quelques dizaines d’années.

Le traitement a évolué d’une manière continue depuis plusieurs années. Actuellement la technique de choix est une aspiration de l’intérieur de la  lentille par des ultra- sons à travers une petite ouverture de 2mm. Ensuite une lentille en matériel acrylique et roulée dans une « seringue » est injectée dans l’œil où elle se déroule lentement pour remplacer la lentille opacifiée qui a été retirée. Cette intervention se déroule en ambulatoire sous anesthésie locale. L’intervention dure environ une dizaine de minutes.

La récupération est rapide. Elle dépend de la normalité des  autres éléments de l’œil ( astigmatisme, anomalie cornéenne, anomalies rétiniennes..).

Pour de plus amples informations veuillez vous rendre sur le site de l’ INSERMR dont cet article est inspiré.

http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/cataracte

 

Le traitement des DMLA par injection (IVT)


La Dégénérescence Maculaire liée à l’Age est une altération maculaire acquise non héréditaire non inflammatoire qui atteint les personnes de plus de 50 ans se traduisant par une baisse progressive de la vision plus ou moins rapide qui finit par détruire la vision centrale sans traitement.Il persiste une vision périphérique à tous les stades de la maladie.

Il existe 2 formes :

  • une forme dite « sèche » dont l’évolution est très lente et pour laquelle il n’y a pas de thérapeutique prouvée à l’heure actuelle.
  • Une forme dite « humide » correspondant à l’apparition d’un vaisseau sous la rétine qui pénètre sous celle-ci et la soulève en la déformant. Ceci finit par entrainer la présence d’œdème et d’hémorragies qui détruisent les photorécepteurs. Cette forme peut être traitée par des injections d’Anti VEGF ; ce qui permet de stabiliser la croissance des néo vaisseaux mais ne permet pas de les oblitérer d’une manière définitive. Un suivi régulier ainsi que  des  injections répétées  sont donc nécessaires.

Dans certains cas, une supplémentation vitaminique a montré une certaine diminution des risques d’apparition de néo vaisseaux .

L’action de certains gênes a pu être mise en évidence . Pour        l’instant il n’existe pas  de thérapeutique à ce niveau

Pour aller plus loin :

http://www.snof.org/encyclopedie/dmla-degenerescence-maculaire-liee-a-lage

http://www.inserm.fr/ezfind/research , site de l’inserm dont cet article est inspiré